VILLAGE FLEURI 

2 fleurs 

VILLAGE NATURE

MAIRIE

mairie ouverte le lundi  8h-13h  et 14h-18h   

04 92 57 29 03

06 03 18 33 47

    mairie.lesaix@wanadoo.fr



 

café restaurant

pizzas

 au coeur du village

04 92 65 05 50

06 35 95 83 58


wink     


conserverie  

Délices des Baronnies   

 LE SAIX

Tel : 04 92 52 75 94

Vente sur place

 commandes

www.delicesdesbaronnies.fr

informations
regardez les photos !

dans_le_village.jpg

 des ânes pour protéger les troupeaux

anon1.jpg

visitez l'album photo

HISTOIRE DU VILLAGE - De 8000 av JC à 1945

Un sondage archéologique récent a montré qu' une "occupation humaine" existait à Barnèche (ancien passage en direction du village d'Oze passant par le Sarret) il y a environ 4000 ans avant J.C.

Quelques pièces trouvées dans la vallée du Rivet (affluent nord de la rivière de Maraise sur la commune du Saix) pourraient même faire remonter l'occupation du site à environ 8000 ans avant J.C.

Beaucoup de fragments de lames, lamelles, pointes de flèches, racloirs et grattoirs attestent cette présence ainsi que de nombreux éclats de silex, vestiges de lieux de taille. Ce silex provient pour partie de gisements locaux, mais certains d'entre eux viennent de la région du Ventoux. on a également trouvé des fragement de céramique préhistorique et de très rares objet de parures en os.

De la période suivante a été retrouvée près des rives du Rivet une hache et herminette en pierre polie , ainsi que des hachettes celtiques, de nombreux objets en bronze, dans un tumulus de l'âge de fer (abritant également des bracelets et un collier en perles d'ambre, découvert aux Essagnières lors de labours profonds).

 

Des tuiles plates et des vestiges de canalisations en terre, des débris de poterie, des sigillées, des pièces de monnaie datant de Gallien, de Maximin et de Faustine, retrouvés dans les environs du cimetière actuel, attestent la présence d'habitations durant la période romaine. Le nom « Le Saix » proviendrait du mot latin saxum signifiant rocher.

C'est encore sur l'emplacement actuel du cimetière que prend naissance le village à l'époque franque : plusieurs sarcophages de pierre contenant des squelettes y ont été découverts. Et la première église y sera construite, sous le vocable de saint Vincent.

Au XIIe siècle est érigée sur la "Citadelle" une tour carrée, premier château donné par le "Baron" Reynier de la Val d'Oze à un vassal qui en fera "l'une des seigneurie les plus importantes de la Val d'Oze" </ref Chanoine Allemand>. Cet édifice sera étendu au XIVe, et les fortifications comprendront trois tours rondes supplémentaires. A la même époque (1185)l'Abbaye de Clausonne, petite fille de l'Abbaye de Boscodon (de l'ordre de St Benoît et dépendant de la maison de Chalais, près de Grenoble), voit le jour. Clausonne, qui vient du latin clausus, fermé, du fait de sa situation cloîtrée entre les montagnes, se trouve au cœur d'un cirque deux kilomètres environ au-dessus du village. Au XVe siècle, la seigneurie passe à la famille de Gruel, chevalier tué à la bataille de Verneuil, dont le fils sera président du "Parlement du Dauphiné" à Grenoble. Elle conservera la seigneurie jusqu'en 1770.

Le 8 mai 1573 le seigneur de Gruel, dirigeant l'armée catholique, est défait par les troupes protestantes de Montbrun et Lesdiguières qui détruisent le château sur la citadelle avant d'infliger le même sort à l'abbaye de Clausonne. De Gruel fait alors construire (fin XVIe) la "Seigneurie", belle bâtisse trônant au haut du village. Au début du XVIIe siècle (vers 1605), l'église actuelle est érigée, et devient l'église paroissiale en remplacement des églises St-Vincent (au cimetière) et Ste-Catherine (à côté du château) disparues.

La veille de Noël 1682, un immense incendie détruit "la moitié des quartiers des habitants et celui du Baron dudit Lieu". Puis entre le 30 Août et le 15 Septembre 1692, les troupes du Duc de Savoie envahissent et saccagent le village. La plupart des vieilles maisons en pierres du village datent de la reconstruction qui a suivi ces destructions. L'Abbaye, suite à la visite de l'évêque en 1712, voit son chœur reconstruit pour servir d'église paroissiale à la communauté de Clausonne, tandis que la nef est reconvertie en ferme. Son prestige perdure, puisqu'une procession y est organisée chaque année jusqu'à la Révolution. Les premières références à la scolarisation des enfants du Saix datent de 1704.

C'est au XIXe siècle que la population du village a été la plus importante, fleurtant en 1831 avec les 400 habitants (sans inclure Clausonne). On compte alors de nombreux métiers au village : tisserand, cabaretiers, maréchal-ferrant, sage-femme, "tailleuses", meuniers, scieurs de long, maçons, cordonnier, "voituriers"... et bien sûr agriculteurs : propriétaires, mais aussi "domestiques", ou pire "journaliers". Enfin sont relevés quelques "mendiants". A la fin du siècle, chaque année des italiens viennent s'installer quelques semaines comme charbonniers dans les forêts de la Commune. Et les jeunes femmes du villages accueillent alors de nombreux enfants placés en nourrice (59 entre 1880 et 1892) depuis Marseille, Paris, La Ciotat, Hyères, Gap, Veynes, ou du sud des Hautes-Alpes.

C'est encore au cours du XIXe siècle que les digues sont construites le long des rives de Poutellier et de Maraize (entre 1837 et 1858). Le torrent de Suzanne sera digué en 1889. Parallèlement dix canaux d'arrosages sont creusés dans la première moitié du XIXe siècle, gérés par les syndicats des agriculteurs riverains, permettant l'irrigation de près de 43 hectares. Certains de ces ouvrages perpétueront leur office jusqu'en 1973, date de la création du réseau d'aspersion à partir de la retenue artificielle de Peyssier. Des foires agricoles sont organisées chaque année dans le village, de 1843 à 1908, les 5 mai et 17 septembre.

La commune de Clausonne, comptant de moins en moins d'habitants et peinant à se subvenir à elle même, est rattachée à la commune du Saix en 1888 par décision du Préfet et du Conseil Général.

Les travaux communaux se multiplient dans la deuxième moitié du XIXe siècle, et au début du XXe : - "égouts des fontaines" en 1860, - pont sur Poutellier au bas du village en 1862, - tracé de la route actuelle et pont sur le Rivet avant le Sarret en 1867, - ouverture de la route vers Clausonne dans les gorges du Gouraour de 1870 à 1878, - Pont sur Poutellier au nord du village, et ouverture de la route de la Bachassette en 1876 - 1877, - construction de l'école de 1900 à 1902, qui était destinée aux filles mais que la jalousie de l'instituteur a finalement fait attribuer à la classe des garçons, - arrivée du téléphone en 1923, - création du réseau d'adduction d'eau potable de 1925 à 1929, - arrivée de l'électricité en 1936, - apparition du premier tracteur en 1948...

La Seconde Guerre mondiale ne touche que peu le village jusqu'en 1943, quand les Allemands franchissent la ligne de démarcation pour occuper l'ensemble de la France. Alors s'organisent des maquisards fuyant devant l'occupant, organisant plus ou moins activement la résistance à l'invasion. A Clausonne, mais aussi à Barnenche, s'abritent dans les bois, vivent sous des rochers des hommes venus d'Angers ou d'ailleurs, des gens des environs aussi, qui se cachent de l'occupant, et refusent le STO (service du travail obligatoire) en Allemagne. Ces résistants dissimulent des armes, et des gens du village les ravitaillent.

C'est le commandant Mauduit qui est chargé d'organiser les réseaux de la région. Il demeure la plupart du temps à Montmaur, où il va côtoyer François Mitterrand. Le commandant Mauduit vient fréquemment au Saix.

Le soir du 24 Décembre 1943, la petite église du Saix est comble. L'abbé Chalmey dit la messe de minuit. On le sait en liaison avec les résistants. Ce soir les gens du village sont tendus, l'anxiété est palpable : tout au fond de l'église les maquisards sont là, debouts, qui entonnent avec ferveur les cantiques. Mauduit est présent, lui aussi, en tenue de résistant. Des œillades inquiètes se glissent régulièrement vers ces "hommes de l'ombre", et chacun prie : pourvu que les allemands ne débarquent pas par surprise, et profitent de la téméraire exposition des maquisards...

Le 29 janvier 1944, certainement à la suite d'une dénonciation, les allemands font une "rafle" au Saix. Tous les hommes sont emmenés dans l'école, et le commandant Mauduit, qui a passé la nuit chez l'abbé Chalmey, est pris aux Essagnières, alors qu'il tente de s'échapper à bicyclette. Tandis que les maquisards parviennent à s'enfuir, les habitants de Clausonne sont, eux aussi, amenés dans la cour de l'école et interrogés tout le jour.

A midi, des enfants du village sont autorisés à apporter quelque nourriture aux détenus de l'école. Emile Bermond, qui se terre dans sa maison au Sarret depuis l'aube, en profite pour s'enfuir vers Barnenche, en traversant la maison des Pelloux. Il va vivre tout l'hiver sur un lit de branchages, sous un chêne, dans une "rase".

A Clausonne, Fernand Pelloux, frappé, menacé, puis amadoué, avouera finalement où il a caché son fusil. Le soir, la plupart des hommes sont relâchés, mais quelques uns sont emmenés à Gap. Mauduit, l'abbé Chalmey et Fernand Pelloux sont, tous les trois, déportés dans les camps d'extermination allemands. Fernand Pelloux y mourra dans des conditions atroces. Le commandant Mauduit succombera pendant son retour en France, à la Libération. Quand à l'abbé Chalmey, il revient au Saix en Mai 1945. Il a été libéré trois jours seulement avant son passage programmé en chambre à gaz. Décharné, marqué à vie, il gardera jusqu'à la fin de ses jours les traces visibles de l'enfer de sa déportation. Le jour de son retour, les saixois l'attendent sur la place du village. A sa descente de voiture, et avant même d'aller embrasser sa mère, il se rend par le quartier du "canton" sur la citadelle, pour adresser une prière de remerciement à la Vierge, persuadé qu'un miracle a permis sa libération à temps. Tous les villageois vont l'accompagner au pied de la statue hissée en 1943 sur un traîneau tiré par des mulets, don d'un réfugié de Lorraine accueilli au Saix au début de la guerre.

Date de création : 20/04/2008 @ 17:11
Dernière modification : 11/12/2008 @ 13:09
Catégorie : HISTOIRE DU VILLAGE
Page lue 6364 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


RANDONNEES PEDESTRES

A.E.P. Les SANS-SOUCI

Association Chasseurs

Association les Villages des Jeunes

L'abbaye de clausonne

V.T.T.

Menu
carte postale

minicartepost1.jpg

 demandez la carte postale du SAIX !!

en vente à la mairie,

voir la carte postale

 

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Agenda

Menu
^ Haut ^